Lectures inspirantes 2021

MARIE PANIER
 »Des âmes et des saisons » de Boris Cyrulnik.
« L’impact du milieu n’a pas le même effet sur un bébé, sur un adulte, selon la construction physique et mentale de chacun. Ce que nous sommes aujourd’hui n’est pas ce que nous serons demain, marqués, expérimentés et souvent blessés par l’existence. Notre corps et notre esprit modifiés par la vie devront s’adapter à un monde toujours nouveau.
Les hommes et les femmes, les pères et les mères, voient leurs places respectives bouleversées par une nouvelle donne qui chamboule les schémas traditionnels du masculin et du féminin et qui redistribue l’identité et le rôle de chacun dans le couple et dans la famille.
Notre culture a perdu la boussole, nous naviguons à vue, bousculés par les événements, errant là où le vent nous porte. Il nous faut reprendre un cap, car nous venons de comprendre que l’homme n’est pas au-dessus de la nature, n’est pas supérieur aux animaux, il est dans la nature. La domination, qui a été une adaptation pour survivre, aujourd’hui ne produit que du malheur.
Une étoile du berger nous indique cependant la nouvelle direction, vers l’unité de la Terre et du monde vivant. »

 »L’empreinte de naissance » de Jean-Philippe Brébion.
Cette relecture, du sens biologique de la maladie, au travers des notions d’espace et de temps, ouvre un regard nouveau sur nos programmes de naissance, révélant ainsi une « Empreinte de naissance ». Voir, comprendre et réaliser que chaque symptôme, chaque maladie, chaque élément de notre vie, chaque instant de notre histoire, chaque partie de nous-même est à l’image de la totalité de notre vie et est l’expression d’une seule et même réalité non séparable. C’est cette empreinte biologique que nous relisons tout au long de notre vie. La bioanalogie nous permet de toucher cette structure nous révélant que chacun de nous est unique, singulier et sans référence. La découverte de cette empreinte est un pont entre la biologie et l’astrologie, un lien entre la vision scientifique (ADN et programmation cellulaire) et la vision spirituelle sur l’humain.

VANESSA MONTMINY-BERGERON
 »Comme par magie : vivre sa créativité sans la craindre » de Elizabeth Gilbert. Depuis près de dix ans, des milliers de lecteurs de par le monde ont été inspirés et influencés par les livres d’Elizabeth Gilbert. Aujourd’hui, l’auteure puise dans son propre processus de création pour partager avec nous sa sagesse et son point de vue unique sur la créativité, et nous encourage à aller à la recherche de notre inspiration. Elle nous montre comment capturer ce que nous aimons le plus et comment tenir tête à ce qui nous fait le plus peur ; évoque les attitudes, les approches et les habitudes dont nous avons besoin pour vivre notre vie de la façon la plus créative qui soit.

Que nous souhaitions écrire un livre, relever de nouveaux défis professionnels, poursuivre un rêve trop longtemps mis de côté ou simplement insuffler un peu plus de passion dans notre quotidien, Comme par magie nous ouvre les portes d’un monde de merveille et de joie.

ANNE SCHRANCKENMULLER
 »Du bonheur : un voyage philosophique » de Frédéric Lenoir.
Qu’entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ?

Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.
Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra résonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Épictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

‘Introduction à la permaculture » de Bill Mollison.
La difficulté avec la permaculture, c’est que le concept est à l’image d’un écosystème, c’est-à-dire plein d’éléments reliés les uns aux autres. Et pour décrire cela dans un livre, c’est-à-dire de manière linéaire, avec un début et une fin, il est indispensable de trouver un fil conducteur permettant d’accompagner le lecteur sans le perdre en route.
C’est comme cela que je perçois ce livre. Toutes les composantes de la permaculture y sont abordées, dans un ordre logique et captivant, la plume est précise, elle va à l’essentiel et agrémente chaque principe d’exemples, de petites histoires parlantes et de croquis instructifs.
Même si ce livre se dévore en ligne droite de la page 1 à la page 235, on peut aussi le lire à l’envers, ou dans le désordre, ne piocher que dans les sujets qui nous intéressent ponctuellement. Pas besoin d’avoir lu ce qui précède pour comprendre.

ELODIE LAMOUROUX
« Petit traité de vie intérieure » de Frédéric Lenoir.
Les sages du monde entier, de Socrate à Spinoza en passant par Bouddha, Jésus et Montaigne, ont légué des clés permettant de développer sa vie intérieure pour vivre de manière pleinement humaine, se connaître et apprendre à discerner, etc. F. Lenoir en tire des leçons et fait part au lecteur de sa propre expérience dans ce petit guide qui aide à vivre.

KARÈYA AUDET
 »La symphonie du vivant » de Joël De Rosnay.
En parlant de santé, d’ADN, d’épigénétique, d’internet, de « smart city », de coopératives, de démocratie participative, il nous donne conscience de notre pouvoir d’influence sur notre santé physique personnelle ainsi que sur la santé de notre société.
C’est un livre qui redonne confiance au pouvoir d’action bénéfique de l’humanité et qui donne des outils pour prendre en main notre santé.

ISA RENÉ DE COTRET
 »1, 2, 3 à l’école » de la Montréalaise Marianne Dubuc.
C’est une façon toute douce et simple d’aborder le début de l’école avec les enfants. C’est l’histoire d’une lutine qui visite simplement les écoles de ses amis de la forêt. L’école des grenouilles près de l’étang où elles pratiquent leurs chants. L’école des  lapins sous la butte avec un grand jardin, l’école des écureuils dans les arbres qui créent un herbier et ainsi de suite avec les autres animaux. Les enfants peuvent facilement s’identifier aux activités et cultiver l’envie de pouvoir enfin aller à l’école eux aussi. Évidemment les images de Marianne Dubuc sont toujours exquises pour les petits mais aussi pour les grands. Les milles détails qui font sa renommée, permettent de découvrir des perles à chaque lecture. Nous l’avons lu et relu et je crois que nous allons continuer de le lire longtemps. À découvrir avec vos petits.

Vous désirez prendre rendez-vous?

Contactez-nous ou Prenez rendez-vous en ligne

Inscrire à l'infolettre de l'Odyssée