Les petits mots de Marie -Aout 2017

Le petit mot de Marie août 2017
Je m’étais pourtant promis de ne plus me laisser prendre par le temps… d’écrire plus tôt mon petit mot, voir même à l’avance, pour être prête à temps sans précipitation… Et puis, le temps passe, passe si vite…
Et cette fois je suis tellement contente de ne pas avoir tiré un fil de l’actualité de la vie, de l’Odyssée, de cette période humainement, internationalement, politiquement, astrologiquement… chargée.
D’avoir attendu de vivre la magie du Yonifest et tous ses cadeaux avant de m’assoir et d’écrire ce petit mot… même si nous voilà mi août et que l’accouchement du petit mot de Marie du mois d’août n’a pas encore eu lieu!
Me laisser le temps de célébrer l’été, de vivre quelques oisivetés sans être en vacances, de me déposer après un printemps et un début d’été chargés de passages intenses.

Ahh  Yonifest… quel rassemblement de femmes merveilleuses, par des femmes de pouvoir, pour des femmes extraordinaires!
Pour moi, ce fût la reconnexion soudaine à la femme sauvage et intuitive laissée de côté depuis trop longtemps à force d’être dans la matière d’un grand projet lourd à porter, nourrir et faire avancer… (*1)
Voir d’autres femmes proches ou moins proches (re)contacter leur puissance, leur déesse intérieure, (re)trouver leur sagesse, leur pulsion de femme instinctive…

Yonifest c’est aussi une grande reconnaissance de la pratique sage-femme, une occasion de se déposer entourées de nos sœurs, un lieu d’échanges de tous horizons d’un savoir qui est bien au delà des connaissances apprises et acquises. Un savoir qui fait appel à une écoute intérieure, une puissante intuition,  face à des choix qui vont souvent changer le cours des choses, d’une ou plusieurs vies, avec des enjeux importants, cruciaux puisque parfois sur le fil de la vie… et de la mort!
Il y a pour cela, ce qui s’apprend… indispensable certes, et puis ce qui ne s’apprend pas. Pas de professeur. Le Maître est en nous!
Pour moi Yonifest offre aussi ce cadeau inestimable : Un espace sacré, un temps hors du temps, des liens qui donnent le courage de continuer, qui réchauffent le cœur et attisent la fougue et la foi intérieure de chacune, qui rappellent l’appartenance à une vocation bien au delà d’une profession!

Yonifest, c’est aussi un espace où parler des cycles de la femme, les menstruations et les pouvoirs qu’elles offrent à la femme chaque mois; l’ovulation et son potentiel créateur; la pré conception et sa magie, mais aussi parfois ses écueils; la grossesse et ses mystères; le post-partum et l’infinité de ses états d’âme; la ménopause et ses débalancements mais aussi ses cadeaux incommensurables…
Et plus largement des cycles de la vie : Naître, vivre, se réaliser et mourir.

Je profite de ce mot pour honorer Stéphanie St Amant, qui nous a quitté début août en plein Yonifest. Stéphanie, je t’ai rencontrée au cours de tes grossesses et de la naissance de tes enfants. Chacune de nos rencontres par la suite furent teintées de ton engagement envers ta Cause. Chercheuse et consultante en périnatalité, tu as dédié ta vie à la légalisation de la pratique sage femme, à l’humanisation des naissances et à la défense des droits des femmes et l’acquisition de leur autonomie de choix éclairé durant leur grossesse et leur accouchement. Tes travaux sur la violence obstétricale sont magistraux. Ta rigueur, tes recherches documentées font de toi une référence au Québec dans le domaine et ont permis à de nombreuses femmes de se respecter et de se faire respecter en accouchant comme elles le désiraient vraiment.

Merci Stéphanie, pour ton militantisme, ta fougue, ta persévérance malgré parfois des critiques acerbes et des incompréhensions… merci pour tant de voies ouvertes… et merci de nous avoir soufflé une fois encore, que nous avions le choix… jusqu’à celui du comment, où et entourée de qui mourir. En cela je reconnais une fois encore ta puissance, ta force, ta foi et ta détermination!
Ce mot partira le jour de la célébration organisée en son honneur cet après-midi à Sherbrooke, ce 21 août.

Et puis Yonifest, ce fut aussi pour Marie-Hélène et moi l’occasion de partager notre vision de l’approche ostéopathique en pédiatrie, de l’accueil du nouveau-né et de tout ce qui peut nous permettre de mieux collaborer avec les autres intervenant(e)s de première ligne auprès des futures mamans et des bébés dès les premières heures de leur vie.
Cette cause là, c’est la mienne, c’est la nôtre, c’est celle de L’Odyssée… Et ce, pour toutes les naissances qu’une vie peut comporter… Rendre l’arrivée de chaque bébé plus douce et plus consciente.  Rendre chaque passage significatif de vie, plus conscient,  plus riche, plus grand, plus exceptionnel… et chaque fois que cela est possible ritualisé :
Une jeune fille qui vit ses premières menstruations, une femme qui va se marier, une autre qui vient de perdre un enfant a quelques mois de grossesse, un jeune garçon qui passe dans le clan des hommes, une femme ou un homme qui se retrouve seul(e) après une séparation douloureuse, une opération, une perte d’emploi, l’arrêt des menstruations, une retraite, la mort d’un parent, le départ d’un enfant qui s’en va vers sa vie, un changement de travail ou de vocation, un deuil… Tout se ritualise! En toute simplicité. Car plus c’est simple, plus c’est profond, plus c’est juste et plus c’est guérissant.

Car n’oublions pas que dans les 5 choses les plus regrettée avant de mourir se trouve : le regret d’avoir travailler trop dur! D’où la nécessité de prendre le temps, de vivre chaque étape à sa juste valeur sans minimiser, sans mettre sous le tapis… en disant : « je m’en occuperai plus tard… peut-être… » (*2)

Du côté de l’Odyssée, l’été nous a permis à tour de rôle de nous reposer, de prendre du temps pour nous, recharger nos batteries personnelles afin de revenir en forme pour aborder l’automne et l’hiver. Car si nous voulons pouvoir vous servir au meilleur de nous même, il nous faut nous faire du bien, nous arrêter, nous ressourcer… et cultiver le plaisir de vous accompagner dans vos changements, dans vos défis, dans vos élans vers le meilleur de vous même, au meilleur de nous même.

Et pour le reste de l’été offrons-nous quelques plaisirs simples, comme :
Dormir à la belle étoile par une belle nuit dégagée à observer les étoiles filantes.
Prendre un bain de minuit nu dans un lac, la mer ou une piscine
Aller acheter des fruits ou des légumes bio chez Mandragore  à Waterville et philosopher avec Alexandre
Prévoir une journée de vacances ou de WE sans aucun plan… et se laisser aller à vivre ce qui se présente au grès du temps.
Aller prendre un petit déjeuner dans un endroit de rêve comme le Manoir Hovey ou l’auberge Ripplecove et vivre le temps de quelques heures une vie de château, d’abondance pour le prix d’un resto.
Ne manger que des fruits et légumes frais une journée durant et si c’est possible juste ce que l’on cueille au fur et à mesure de la journée (ça équilibrera financièrement la veille au château… pour un plaisir similaire équivalent)
Aller aux champignons avec des connaisseurs et frichtouiller le fruit de la récolte à l’huile d’olive, à l’ail et au persil…
Aller écouter les grillons le soir, temps qu’ils chantent encore jusqu’à la fin de l’été
Rappeler un(e) vieil (le) ami(e) et l’inviter à vivre une journée spéciale.
Aller se perdre dans le jardin de vos rêves à Saint Ferdinand
Visiter la fromagerie du presbytère de Saint Élisabeth de Warwick un vendredi soir et prendre un bain de foule dans cet endroit magique.
Se débrancher 24 heures de tous nos « I » book-pod-pad phone-mail… et pourquoi pas 48 heures… une semaine…?
Vivre une expérience difficile comme si nous l’avions choisie.
Appeler des amis à l’improviste pour l’apéro et les inviter à rester souper en toute simplicité (même si ce n’est qu’avec des pâtes)…
Improviser un pic nique au bord de l’eau en famille un soir de semaine.
Alors voilà… le fruit de mon accouchement de ce mois d’août qui sera vraisemblablement un accouchement de jumeaux appelés août et septembre. Y’en a bien qui s’appelle May et Avril… Pardonnez-moi cette petite pirouette… je me rattraperai en octobre.
Alors bonne fin d’été, bonne rentrée et toute l’intensité que cela comporte. Profitez de chaque instant de douceur que la vie vous offre. Car, comme disait ma grand-mère, « on n’a que le bien qu’on se fait ».

(1*)Car sans vouloir le dénigrer… il m’en aura fait vivre ce fameux projet d’agrandissement de L’Odyssée pour enfin offrir le volet aquatique à notre clientèle. C’est aussi enfin me permettre de continuer à découvrir et offrir les bienfaits de l’eau chaude, la magie de l’eau. Tout un accouchement!
Et là on peut dire que je suis dans les grosses contractions de fin de travail… presqu’à dilatation complète… sur le point de basculer, de commencer à pousser… besoin de sortir de la tête pour revenir dans le corps, le cœur, l’élan intérieur, le lâcher prise, recontacter le « pourquoi » plutôt que le « comment »…

Concrètement je finalise les dernières démarches et les choix éclairés à faire pour que le tout fonctionne au mieux, sans encombres et sans regrets.

Tout ce que je peux vous dire c’est que ce sera beau, inspirant et invitant. Un oasis de paix, de beauté et de volupté.

(*2) Les 3 autres autres étant :
Avoir le courage de vivre comme je le voulais et non comme on aurait voulu que je vive.
Avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments
M’autoriser d’être plus heureux.

Étude menée par Bonnie Ware infirmière auprès de gens en phase terminale de vie, à qui elle a posé la question : « Quel sont vos plus grands regrets en quittant ce monde? »  Et à partir de laquelle elle a écrit un livre.

 

Vous désirez prendre rendez-vous?

Contactez-nous ou Prenez rendez-vous en ligne

Inscrire à l'infolettre de l'Odyssée