Le petit mot de Marie

Le petit mot de Marie novembre 2017

L’automne s’est étiré tant qu’il a pu et soudainement, l’hiver lui rafle tous les honneurs…
Ça y est l’hiver est là et bien là.
J’ai pu y goûter en revenant de Val David ce dimanche soir en pleine tempête de neige… On sait bien que la première est toujours la plus difficile, la plus effrayante, un peu comme si on avait oublié ce que c’était que de gratter un pare-brise glacé, de rouler dans les traces de la voiture d’en avant que l’on n’ose pas dépasser et qui nous envoie de la sloche, de ne pas paniquer devant les sorties de route des plus malchanceux…
Je revenais donc de Val David encore toute attendrie par la cérémonie d’adieux d’une Grande Dame, Paule Lebrun, ma Paule, la Paule de chacun, Paula…
Que tu en as inspirés des gens Paule, que tu en as laissées des traces, su toucher des cœurs et transformer des vies!

Doux plongeon dans un passé et une communauté qui m’ont tellement inspirée tout au long de ma formation à Ho rites de passages il y a quelques années. École en travail rituel que tu as créée, et au sein de laquelle tu proposes comme tu le disais si bien, le ré enchantement, les rythmes et les rites qui donnent sens à nos vies.

Lors de la cérémonie, tes proches ont pris la parole, j’entendais parler de toi et je te revoyais, toi, la femme sauvage et tout ce que tu m’as inspiré.
Car c’est toi qui m’as permis de découvrir ce que signifie : « marcher sa parole » : être en phase avec mes pensées et mes valeurs, mettre en actions mes paroles.
Tu aimais les rappels extérieurs de ce qui se passe à l’intérieur de nous, une bougie allumée qui rappelle notre flamme intérieure unique et flamboyante.
Tu m’as invitée dans ce périple où se côtoient la rigueur d’une retraite Satori, la sensualité de l’approche tantrique, l’exaltation de la méditation dynamique, le recueillement de la méditation, la puissance du silence… tout ceci dans un contenant bienveillant et surtout sécurisant.
Durant ma « Quête de vision », c’est toi et Gordon, ton compagnon de route, amoureux et complice, qui, en Arizona, en territoire Navajo,… m’avez initiée à ce qu’est habiter un lieu; le faire mien durant le temps nécessaire… et ne laisser aucune trace de mon passage après mon départ.
C’est vous qui m’avez montré comment au sein de cette quête, pour 4 jours de jeûne dans le désert et dans le plus grand dénuement, installer un petit campement avec une simple bâche et quelques bouts de ficelle et pouvoir m’y sentir bien, confortable et en sécurité malgré son éphémère précarité.
C’est toi qui m’as enseigné comment construire et diriger un rituel pour qu’il soit simple et profond, léger et touchant. Comment ritualiser ma vie et inviter d’autres à le faire.
Processus qui permet de marquer les transitions importantes, les grands tournants de nos vies.
Rites de passage qui nourrissent l’âme, ouvrent le cœur et rallument la flamme de nos existences.

Tes yeux brillaient quand tu parlais de ta contribution sociale en transmettant ces rites et en offrant le cadre d’une marche en silence dans le désert. Inviter les gens à marcher en silence ensemble, réfléchir ensemble, et puis festoyer ensemble. J’ai toujours aimé cet amalgame équilibré de silence, de plongeon intérieur, de profondeur, de nature sauvage coexistant avec la célébration autour d’un bon repas, d’une fête bien animée, dansée, chantée et de partages enflammés.

Lors d’une conférence début septembre dernier encore toute habitée de cette fougue qui te caractérisait, tu m’as réveillée et invitée à porter un regard sur la période que nous vivons et qui a tant besoin d’un nouveau ré enchantement, pour que le corps et la conscience soient à nouveau investis; pour aller de l’avant et permettre une nouvelle contribution sociale qui émergerait de la bonne place en chacun de nous.  Car comme tu l’as dit, si notre engagement, notre militantisme ou notre contribution sociale ne part pas du bon endroit… le burn-out ne sera jamais très loin.

Il y a de ces phrases… qui incitent à la Grande réflexion.

Et aujourd’hui tu continues de m’inspirer à rester sur mon chemin,
même s’il n’est pas le plus fréquenté,
même s’il m’amène à accompagner les gens vers des choix qui ne sont pas forcément les plus faciles,
même si parfois je propose des voies inhabituelles, ou si je persiste à vouloir garder au sein de l’Odyssée des approches moins populaires, moins connues, moins banales ou familières… car le corps est fait de toutes ces couches et qu’il est bon de prendre soin de chacune; que ce n’est pas l’inconfort physique qui nous fait le plus souffrir mais bien ce qui le précède au niveau mental, émotionnel, psychologique voire spirituel.
Qu’un travail en collaboration et en synergie est bien plus puissant que cloisonné et que de se poser des questions au-delà des symptômes de notre corps (ou de celui de notre enfant puisqu’ils sont maîtres en la matière…) relève d’un courage qui mérite d’être accompagné, encouragé, enveloppé, sécurisé.

Même si j’ai toujours été gourmande dans mes projets, et que pour le moment, j’en chéris un bien plus grand que moi qui me donne du fil à retordre, tu m’as encouragée à rêver grand.
Pour tout ceci et pour tant d’inspiration, Paule, merci.

Tu es partie mais tu es encore partout et tu le resteras sans doute encore bien longtemps.
Et pour reprendre tes mots : Gardons la flamme allumée!

Alors en ce mois de novembre déjà bien entamé, où les jours raccourcissent de plus en plus et les nuits noires gagneront encore du terrain pendant 1 mois… gardons nos bonnes habitudes de santé et aidons-nous de quelques rituels de bienveillance :
Allons jouer dehors quotidiennement,
Usons encore de la luminothérapie,
Choisissons des lectures inspirantes et vibrantes,
Organisons-nous de petits rituels de bien-être seul ou avec des amis (un après-midi au spa, un souper préparé et dégusté ensemble, un film drôle regardé en famille, rester au lit à flâner sous la couette, lire toute une journée au coin du feu un roman passionnant, un jour de silence avant le brouhaha des fêtes, …)
Préparons nos skis pour honorer les premières neiges…
Commençons à penser aux fêtes de fin d’année afin de ne pas nous retrouver dans la cohue de la dernière minute et le non sens des cadeaux inutiles.
Pensons cadeaux utiles, achats locaux, « home made », personnalisés, seconde vie-seconde main, certificats-cadeaux pour une expérience qui laisse des traces (massage, traitement, séance de yoga individuelle, entrée au spa, carte de cinéma, abonnement annuel à un cours).
Pensons à faire nos cartes de souhaits nous-même avec des photos ou des collages de photos de revues.
Cuisinons des petits plats sucrés (truffes au chocolat, barres énergétiques, gâteaux de fruits confits) pour les offrir en cadeaux…

Je vous souhaite une belle fin de mois de novembre.

Nous nous retrouverons mi-décembre pour notre dernière infolettre de l’année avant une nouvelle forme de communication pour 2018.

Prenons soin de nous, douceur, bienveillance, attention, amour.

Marie

 

 

 

 

 

 

 

Vous désirez prendre rendez-vous?

Contactez-nous ou Prenez rendez-vous en ligne

Inscrire à l'infolettre de l'Odyssée